Exposition permanente

Elsie vue par...

L'exposition emmène les visiteurs à travers la vie et l'époque d'Elsie Reford. Davantage reconnue pour ses jardins, elle avait de nombreux autres intérêts, allant de la politique à la santé des femmes, de l’amour de l'art aux affaires internationales. Son implication dans la politique et les débats publics l'ont amenée à rencontrer de nombreuses personnalités de l'époque. De nouvelles facettes de cette femme d’exception vous sont révélées par le biais de photographies, d’objets et de témoignages.

Présentée à l'étage de la villa Estevan




Expositions temporaires

L’audible langage des fleurs : Jardins de Métis de T.M. Glass

Inspirée par les trésors horticoles d’Elsie Reford et de sa collection de vases décoratifs, l’artiste T.M. Glass présente dix œuvres photographiques de grand format à la villa Estevan des Jardins de Métis. Chaque photo allie la technologie numérique à d’anciennes techniques de peinture. Utilisant plusieurs logiciels informatiques, l’artiste travaille avec des pixels, des textures et des couleurs afin de créer ces remarquables œuvres de peinture numérique. T.M. Glass prouve ici que les photographes numériques sont aussi des peintres, qui ont simplement troqué leurs pinceaux pour des pixels. L’œuvre de Glass ouvre la porte à d’autres façons de considérer la photographie en explorant l’histoire, la technologie et les considérations esthétiques du médium dans le but de repousser les limites conceptuelles de la photographie au sens traditionnel. Utilisant des techniques révolutionnaires de l’art photographique et numérique, l’artiste retravaille chaque image pour créer textures et détails des plus complexes.

Présentée au rez-de-chaussée de la villa Estevan

Antifloral d’Yves Arcand

Dans cette série photographique de la flore québécoise, présentée sur le mur-écran à l’entrée des Jardins de Métis, Yves Arcand propose un regard différent sur la photographie, dont l’objet est habituellement de documenter une recherche à caractère scientifique sur les plantes ou de poser un regard admiratif sur des jardins, de majestueux paysages ou l’architecture complexe de certains sites. Or Arcand interroge précisément cette représentation idéalisée d’une nature à l’allure parfaite, particulièrement celle de la flore, le plus souvent définie au gré d’un agencement de formes et de couleurs savamment équilibré et éclairé. Avec Antifloral, Arcand découvre une perfection autre au fur et à mesure de l’observation des plantes de son jardin.

Présentée sur le mur-écran à l'entrée des Jardins

Vents du changement de Joan Sullivan

Comment les artistes peuvent contribuer à cultiver une vision postcarbone? Cette question est, depuis dix ans, au cœur de la quête de la photographe Joan Sullivan, pour aider à faire passer les conversations sur les changements climatiques de l’apathie à l’action, du désespoir à l’espérance. Résidente du Bas-Saint-Laurent, Sullivan a trouvé sa voix artistique sur les chantiers de construction de certains des plus gros projets d’énergie renouvelable du Canada. À travers ses lentilles, une éolienne industrielle devient une lueur d’espoir, conçue par l’homme « sapiens », alimentée par la nature. Le message du corpus de l’artiste est cohérent et simple : les solutions techniques aux changements climatiques existent déjà. Ce qui manque en ce moment existentiel est le courage politique d’aller de l’avant. Devant ce vide, Sullivan croit qu’il est urgent que les artistes et architectes, et toutes les âmes créatrices, prennent leur juste place à la table, aux côtés des scientifiques, ingénieurs, urbanistes, politiciens et activistes.

Présentée près de la maison ERE 132

Paysages et personnages de Gilles Carle

Foisonnantes, provocantes, touchantes, les œuvres de Gilles Carle retenues pour cette exposition par la commissaire Annie Landreville sont toutes peintes à l’acrylique.  On y trouve l’amour que le créateur vouait à l’Ile verte, à la nature, aux fleurs, aux femmes, à ses collègues cinéastes. On y retrouve son humour, son sens de la composition et le plaisir de jouer avec les couleurs et les formes. L’exposition est présentée en trois parties : on peut voir les personnages, à la Maison de la culture du Château Landry à Mont-Joli, les paysages, à la maison ERE 132 des Jardins de Métis et quelques tableaux de religieuses, au Centre culturel du Vieux Presbytère de Sainte-Flavie.

Présentée à la  maison ERE 132

Expositions virtuelles

Elsie - dans ses propres mots

L’exposition virtuelle donne aux internautes la possibilité d’entendre la créatrice des jardins, Elsie Reford, lire de ses écrits qui permettront de mieux la connaître. Nous y entendons Elsie Reford nous raconter ses expériences personnelles, recueillies à partir des écrits qu’elle a laissés, tant ceux qui concernent ses expériences horticoles, l’été à Métis, que ceux relatant ses implications sociales, politiques et philanthropiques, à Montréal le reste de l’année. L’exposition est réalisée par la firme Umanium de Montréal avec l’historienne Karine Hébert. Réalisée avec l’aide de la Société des musées du Québec et le programme d’aide en numérique du ministère de la Culture et des Communications. 

Voir l'exposition

Histoires de pêche

L’exposition virtuelle donne aux internautes la possibilité d’entendre la créatrice des jardins, Elsie Reford, lire de ses écrits qui permettront de mieux la connaître. Nous y entendons Elsie Reford nous raconter ses expériences personnelles, recueillies à partir des écrits qu’elle a laissés, tant ceux qui concernent ses expériences horticoles, l’été à Métis, que ceux relatant ses implications sociales, politiques et philanthropiques, à Montréal le reste de l’année. L’exposition est réalisée par la firme Umanium de Montréal avec l’historienne Karine Hébert. Réalisée avec l’aide de la Société des musées du Québec et le programme d’aide en numérique du ministère de la Culture et des Communications. 

Voir l'exposition 

Le tour de la Gaspésie – l’histoire épique d’un voyage sur la route

L’exposition virtuelle donne aux internautes la possibilité d’entendre la créatrice des jardins, Elsie Reford, lire de ses écrits qui permettront de mieux la connaître. Nous y entendons Elsie Reford nous raconter ses expériences personnelles, recueillies à partir des écrits qu’elle a laissés, tant ceux qui concernent ses expériences horticoles, l’été à Métis, que ceux relatant ses implications sociales, politiques et philanthropiques, à Montréal le reste de l’année. L’exposition est réalisée par la firme Umanium de Montréal avec l’historienne Karine Hébert. Réalisée avec l’aide de la Société des musées du Québec et le programme d’aide en numérique du ministère de la Culture et des Communications. 

Voir l'exposition

Exposition itinérante

CWM2017-0023-0003-Dm

Fleurs d’ARMES

Au cours de la Première Guerre mondiale, George Stephen Cantlie a envoyé une série de fleurs pressées, cueillies dans les jardins, champs et sous-bois d’une Europe ravagée par la guerre, à sa toute jeune fillette à Montréal. L’exposition permet d’examiner les fleurs du colonel Cantlie au moyen de la floriographie – un mode de communication par les fleurs élaboré à l’époque victorienne – pour méditer sur la nature humaine en temps de guerre. Chaque fleur représente une caractéristique humaine que l’exposition Fleurs d’ARMES vous invite à explorer par l’odorat, la vue, le toucher et l’ouïe. Château Ramezay, Montréal — octobre 2018 à janvier 2020.

Artistes : Céline Arseneault, Alexandra Bachand, Normand Dumont, Viveka Melki, Alexander Reford & Mark Raynes Roberts

Commissaire : Viveka Melki

Consultez le site internet de l'exposition

Découvrez également nos expositions virtuelles 


La rivière Mitis, notre rivière, notre passé, notre identité..., Musée virtuel du Canada

Les Jardins de Métis – 50 ans de partage de beauté, Musée virtuel du Canada

Les Jardins de Métis - Portrait d'un paysage, Collection numérique du Canada

py